Réglage des écrans : le calibrage

Auteur : thierry3535


Le calibrage : à quoi ça sert ?

    Le calibrage (ou calibration en anglais) a pour but de régler un appareil par rapport à des données de références afin d'obtenir un comportement fidèle lors de l'enregistrement ou la reproduction, quelque soit le matériel utilisé. Pour un écran, cela permet d'avoir une vision d'une image conforme et identique à celle que l'on pourrait avoir avec un autre écran, lui même calibré.

    Si l'importance de cette opération est évidente pour un professionnel de l'image, quel intérêt pour un amateur ? Après tout, peu importe si l'image n'est pas fidèlement retranscrite d'un écran à l'autre, on voit tous grosso modo la même chose. En fait cela évite bien des problèmes lorsque, par exemple, vous faites tirer vos photos par un laboratoire photo. Combien de photographes amateurs sont surpris par l'écart entre ce qu'ils observaient sur leur écran et les tirages livrés par le labo. D'autre part, quel dommage de ne pas profiter de tous les détails et les nuances d'une photo longuement travaillée par un très bon photographe qui, lui, calibre son écran.

    Une autre raison est que nous réglons spontanément nos écrans pour obtenir des résultats plus flatteurs pour l'œil, plus clinquants : les écrans sont souvent réglés avec un contraste et une luminosité excessifs, ce qui peut générer une fatigue oculaire.

Les deux étapes du calibrage : réglage du couple contraste/luminosité, étalonnage des couleurs

    Le calibrage peut être décomposé en deux étapes distinctes : le réglage de la luminosité et du contraste d'une part, et le "réglage" des couleurs d'autre part. La première étape ne nécessite pas de matériel particulier puisqu'on fait appel aux réglages de contraste et de luminosité de l'écran. Par contre, la deuxième étape nécessite dans l'idéal l'utilisation d'une sonde colorimétrique, bien que des solutions logicielles existent (voir plus bas), sans obtenir une fiabilité de résultats aussi bonne qu'avec une sonde.

    Réglage du couple contraste/luminosité :

      Le réglage du contraste et de la luminosité permettra d'optimiser l'affichage des détails d'une image, aussi bien dans les hautes que les basses lumières. Ce réglage est essentiel et si l'acquisition d'une sonde pour le réglage des couleurs vous rebute, vous aurez déja bien progressé en procédant au réglage du couple contraste/luminosité. Cette étape est, à mon avis, abordé de façon trop sommaire avec les sondes de calibrage d'entrée de gamme.

      Ce réglage est réalisé à l'aide de mires qui représentent toutes les plages de gris, du noir au blanc. Les mires les plus utilisées sont les mires linéaires, comme celle qui figure sur le site :





      Si vous ne distinguez pas les carrés blanc, baissez la luminosité et ajustez le contraste de façon à distinguer les carrés noirs. Procédez de façon graduelle. A l'inverse, si vous ne distinguez pas les carrés noirs, procédez de la même façon mais en diminuant graduellement la luminosité en ajustant le contraste de façon à distinguer simultanément les carrés blancs.

      A mon sens, les mires linéaires comme ci-dessus ont l'avantage d'occuper très peu de place, mais présente l'inconvénient d'être relativement peu précises et compromettent un bon étalonnage des couleurs. MdM a proposé dans un fil consacré au calibrage une mire composite permettant un réglage beaucoup plus précis :



      Sur cette mire figure les chiffres 1 à 8, dans la zone sombre et dans la zone claire. Le chiffre 1 est à peine visible (entre le 7 et le 5 pour la zone sombre, entre le 5 et le 3 pour la zone claire). Procédez de la même manière qu'avec la mire linéaire. Si le un voire le 2 de la zone claire n'est pas visible, diminuez la luminosité et régler le contraste, de manière graduelle, jusqu'à distinguer à la fois le 1 de la zone sombre et le 1 de la zone claire. En cas de problème, concentrez vous d'abord sur la vision correcte du 3, puis du 2 dans les deux zones. Enfin, passez au réglage final jusqu'à distinguer les 1dans les deux zones.

      Maintenant que le contraste et la luminosité sont correctement réglés, vous risquez fort d'être déçu : par rapport à un réglage intuitif, l'image vous paraitra relativement terne et peu lumineuse, mais vous vous habituerez très vite et vous vous épargnerez beaucoup de fatigue oculaire.

      Attention, si la pièce où se trouve votre écran est très éclairée et si vous ne disposez pas d'un écran professionnel qui ajuste sa luminosité suivant l'ambiance lumineuse, vous ne parviendrez pas au réglage final. Dans ce cas, diminuez l'éclairage de la pièce où se trouve votre écran.

      Étalonnage des couleurs :

        L'idéal pour étalonner les couleurs consiste à utiliser une sonde colorimétrique. Les modèles d'entrée de gamme sont disponibles pour 100 € environ. Une alternative consiste à utiliser des logiciels qui permettront au moins de limiter les dégâts au niveau du rendu des couleurs.

        Étalonnage sans sondes :

        Si vous disposez de Photoshop ou Photoshop Elements, vous trouverez dans le panneau de configuration un utilitaire appélé Adobe Gamma. Si vous ne disposez pas de ces logiciels, vous pouvez utiliser le logiciel gratuit WiziWYG, qui fonctionne sur le même principe et qui est disponible à l'adresse suivante : http://www.commentcamarche.net/telecharger/telechargement-34056131-wiziwyg. Il est malheureusement en anglais mais facilement compréhensible pour un non anglophone.





        Eloignez vous de votre écran jusqu'à ce que les lignes des zones externes ne soient plus visible puis déplacez les différents curseurs jusqu'à ce que les zones de chaque carré ne puissent plus être distinguées. Avec WiziWYG, les étapes suivantes sont un peu compliquées dans la mesure ou vous devez tester différentes configurations pour avoir un rendu sans dominante colorée.

        Étalonnage avec sondes :

        L'étalonnage avec sonde est l'idéal mais nécessite un investissement non négligeable. Cependant, les résultats obtenus sont incomparables. Il suffit de suivre les instructions du logiciel, je ne rentrerai pas dans les détails. Si un de vos amis possède une sonde, empruntez lui car cette opération n'a pas à être répétée très souvent (tous les deux mois est une fréquence raisonnable). Voici un lien qui vous apportera de précieuses informations sur le choix des sondes et la colorimétrie en général : http://www.arnaudfrichphoto.com/gestion-des-couleurs/gestion-des-couleurs-intro.htm.

        Le principe de fonctionnement d'une sonde colorimétrique est simple. Le logiciel de la sonde affiche des plages de couleur parfaitement définie et la sonde mesure précisément la couleur affichée. Le logiciel, en fin d'opération, crée un fichier (le profil ICC), qui contient des données permettant au pilote d'affichage de votre ordinateur de corriger les valeurs de chaque couleur afin que l'écran affiche les couleurs justes, et élimine les dominantes de couleur. Le profil ne doit pas être confondu avec l'espace de couleur, qui définit les gammes de couleur pouvant être affichées.